Publié :   8 mars 2017

Nouvelle visite à la CITEV et bonne nouvelle, le châssis repose sur ses essieux :  (photos PEB)

Mais ce n’est pas tout, petit hommage à ceux qui travaillent sur la machine : Yannick, David et Vincent qui posent devant un matériel bien belge. Le petit wagon plat a été amené par camion, ainsi que les bogies de la 1853 pour remise en état.

Et dans la foulée un deuxième wagon a suivi. Stocké à Thuin depuis longtemps son état méritait que l’on s’y attarde. Il a profité de l’envoi des autres pièces sur un (grand) camion. Notez aussi la différence de taille avec le tender, la rencontre était assez improbable :

Et toujours dans la région, à Ales, une entreprise mécanique se charge de la remise en état des cylindres et pistons. Ici c’est une autre rencontre improbable, la modernité d’une entreprise équipée en numérique pour nos cylindres centenaires :

Les futures chemises :

Dans l’atelier un plan (échelle 1/1) plus que centenaire au-dessus des machines numériques…

Et comme la fixation des cylindres se fait à l’aide de boulons qui ne se trouvent plus dans le commerce, ils sont faits sur mesure :

Et un directeur fier du travail :