Tag Archives: ASVi

Circulations, plaques constructeur, …

Publié :   20 septembre 2021

La 303 a reçu de splendides plaques de constructeur, patiemment reconstituées grâce à l’acharnement d’un de nos membres et surtout … de précieuses collaborations. Voilà la machine encore un peu plus internationale puisque ces plaques arrivent de Suisse. Reconstituées sur base de documents photographiques et d’exemplaires existants, elles portent les informations visibles sur les photos d’origine (constructeur).

Pour mémoire le 704 est le numéro attribué par les ateliers (numéro de construction).

Voilà donc une bien belle cerise sur le gâteau ! La machine est désormais visuellement complète (pour la période choisie).

Cette plaque “clôture” la rénovation (une rénovation n’est jamais terminée), cette rénovation est un travail colossal mais magnifique, et une fois de plus, profitons de cette tribune pour remercier tous ceux qui y ont contribué, les donateurs, les artisans, les bénévoles, les infatigables , … Bravo !

Photo Jean-Claude Andrieu

Le travail est-il terminé pour autant ? Non, l’objectif a toujours été la reconstitution d’un train à vapeur complet. Sont donc en cours de finition actuellement les deux baladeuses, dont une déjà revenue à Thuin. Un wagon est toujours en attente d’un camion (qui passerait par hasard) à Saint-Jean (ça rentre pas dans le coffre de la voiture).

En matière de vapeur il y a encore quelques objets à reconstituer, il reste aussi deux baladeuses à remettre en état mais le prix total pour les deux premières est un peu dissuasif.

Et si ce n’est pas sur la vapeur que les choses avancent, il y a à Thuin de quoi s’amuser, un fourgon moteur (électrique) qui rêve de rouler, une élégante standard bois, une remorque mixte (A2121), …

Si vous ne savez pas comment aider, nous savons comment dépenser utilement les dons, n‘hésitez pas !

Circulations et fin de saison.

Les circulations continuent selon le calendrier prévu. Attention la fin de saison approche (déjà). Il ne reste plus que deux dates pour les circulations en vapeur cette saison. Il s’agit du 3 octobre, et du 31 octobre, à l’occasion de la nocturne.

Quelques vues et escapades…

Lors des journées du Patrimoine la machine s’est aventurée en voirie, le long de l’avenue de la couture. Pour ceux qui verraient bien la machine un peu plus loin, une bordure empêche de dépasser le pont du chemin de fer… Autres informations utiles pour les photographes, les bâtiments derrière la machine font l’objet d’un projet urbanistique, pour immortaliser à nouveau cette scène qui pourrait être du passé, il faut se dépêcher …

Photo Jean-Claude Andrieu
Photo Jean-Claude Andrieu

Il y a toujours un risque d’anachronisme à faire rencontrer notre véhicule moteur le plus ancien avec le plus récent … Si ils ne se sont sans doute jamais rencontrés dans leur vie active, ils ont peut-être figuré l’un à côté de l’autre dans un registre de la rue de la Science, l’un dans la colonne du matériel à déclasser, l’autre dans les nouveaux véhicules… Qui sait ?

Photo Jean-Claude Andrieu

Une scène vicinale

Photo Jean-Claude Andrieu
Merci à Jean-Claude Andrieu pour les vues

Rénovation des baladeuses, on y est presque !

Publié :   18 août 2021

La remise en état d’une rame vapeur nécessitait évidemment d’inclure les aspects les plus divers de l’exploitation de la SNCV. Cela concerne donc aussi les trajets à vocation plus “touristique”, une activité absolument pas négligeable à une époque où les voyages n’avaient rien à voir avec ce qu’on fait maintenant.

Une journée à la mer ou des découvertes de grottes représentaient un déplacement exceptionnel, et bien entendu, la SNCV était bien là pour l’assurer. Et là où le panorama ou le paysage en valaient la peine, ce sont les baladeuses qui transportaient les voyageurs.

Dans ce contexte et afin de compléter la panoplie “début de siècle” (1900 évidemment) les deux (premières) baladeuses ont été envoyées en rénovation. Ces véhicules ont une structure très légère, un châssis très simple (et léger), et les boiseries en partie supérieure. Rien de plus. Le tout réalisé bien entendu avec une élégance propre à leur époque.

La rénovation n’était donc pas bien “compliquée” puisqu’il suffisait de démonter tout, rénover ce qui devait l’être, remplacer le reste (essentiellement les boiseries), et remonter. Facile non ? Tellement facile qu’on l’a fait deux fois. Il y a évidemment un léger cynisme dans la phrase précédente, la simplicité est apparente, le savoir-faire de l’époque était merveilleux, reproduire ces remorques en respectant les techniques, les matériaux et le style représente un ensemble colossal d’efforts. Le travail s’achève, il faut maintenant donner les couches de protection et de couleur, puis vérifier tout le fonctionnement technique, et enfin, remettre en service. Encore un peu de patience.

Voici quelques vues de la plus avancée des deux, lorsqu’elle était encore à Marche dans notre menuiserie préférée :

A8861 :

8861 à Marche (photo LD)
8861 (LD)
A8861 : Ce n’est pas de l’Ikea (photo LD)
8861 presque prête à partir de Marche (LD)

Finalement le 12 août elle est arrivée à Thuin :

Welcome home 8861 ! (PEB)
Préparation du déchargement de la 8861 – remarquez les essieux qui rentrent à Thuin, il s’agit des restes de la rénovation des remorques A1484 et A10501 (PEB)
Premier contact
Et premiers tours de roues sur les rails de Thuin… 12/08/2021

Et la A8821

Le remontage est en cours et elle devrait suivre le même chemin très prochainement …

Vous appréciez le travail ? Venez nous rendre visite, ou contribuez à votre manière à l’œuvre !

Quelques nouvelles des chantiers

Publié :   29 janvier 2021

Du côté de Marche chez notre menuisier le montage de la première baladeuse a commencé.

Un premier paravent debout
Une des cloisons posée sur le châssis
Remarquez l’utilisation, autant que possible, des pièces originales. Ici pas énormément, mais on aperçoit clairement les pièces d’époque
Et une vue complète, le frein déjà remonté…

Et à Thuin, sur la 303 …

Les machines sont soumises à des contrôles réguliers et stricts qui nécessitent une inspection complète et la dépose de nombreuses pièces. Un travail pour lequel un contorsionniste est clairement avantagé par rapport … aux autres. Il faut se faufiler dans le foyer ou la boîte à fumée. Notez qu’il fait froid (et humide) et que c’est très salissant. Comme job sympa, il y a mieux. Quelques vues de l’équipe en action, tout ça pour permettre les circulations pendant toute une saison sans problèmes (et être en règle). Merci à eux ! (enfin ils ont l’air d’aimer ça)

Et bonne nouvelle les contrôles ont donné de très bon résultats.

La neige s’était invitée pendant le travail…
Un endroit sympa pour passer l’après-midi ?
On a de la place pour tout le monde
Avec le masque bien entendu. On est plus à un inconvénient près dans ce genre d’endroits
Ceci n’est pas une tortue métallique mais juste une position de travail
Notez qu’avant chaque opération on peut s’entraîner sur un modèle réduit…

Plus sérieusement, la dernière photo est un modèle réduit qui a été légué à l’association et qui est (lui-aussi) en entretien. Il sera exposé au musée et illustre merveilleusement la mécanique qui est invisible sur la “vraie” 303.

Encore un chantier qui reprend… Le wagon A5071

Publié :   21 janvier 2021

Présent à Saint-Jean-du-Guard depuis l’an passé, les travaux commencent sur le dernier tombereau de la collection qui se trouve encore en France.

Encore porteur de la couche de peinture destinée à révéler les imperfections et problèmes, les travaux commencent !
Un état global qui est en fait pas si mauvais que cela (surtout si on compare à d’autres qui sont passés ici)
Quelques parties seront découpées pour être renouvelées complètement
Et l’équipe CITEV ….

D’ici quelques temps ce dernier wagon reviendra pour clôturer une série de rénovations qui ont été financées … par vos dons. Si vous n’en avez pas fait, n’hésitez pas à nous soutenir d’une manière ou d’une autre. Un don (voir ici pour les différentes manières), une visite en saison, être membre de l’association .

A bientôt pour les prochains progrès !

Les châssis des baladeuses A.8821 et A.8861 sont de retour

Publié :   6 janvier 2021

Le remontage va pouvoir commencer !

Prévu en fin d’année 2020 (la maudite) , le retour n’aura finalement eu que très peu de retard. Les deux châssis sont arrivés sur camion à Marche, en provenance de la CITEV à Saint-Jean-du-Gard, pour le remontage des boiseries. Ci-dessous quelques vues de ces pièces rénovées. Le résultat est magnifique même si ce ne sont pas des objets (pour l’instant) photogéniques.

8821 à l’avant-plan et le 8861 à droite derrière
8861 (et des cales jaunes pour le transport – elles seront retirées)
Autre point de vue du 8821
Petit détail qui n’en est pas un… La plaque A.8821 remise en place
Et l’autre , A.8861
Comme neuf !
Avec un cylindre de frein …
Quelques points de vue pour montrer le niveau de finition
Un des tas de pièces de rechange et/ou restes de la remise en état. Tout n’est pas à jeter parce qu’il faudra encore en remettre d’autres en état. Donc soyons prudents. Ne rien jeter !

Et maintenant… Faudra remonter tout cela :

L’équipe qui va s’atteler au remontage, Bastien et Claudy.
Ce puzzle géant avec ici seulement une partie des pièces

Le montage va donc commencer très prochainement car la menuiserie espère terminer avant la “bonne” saison (chez eux) et autant dire que cela sera rapide ! Encore deux véhicules qui pourront passer dans la liste des véhicules remis en état par l’association !

2021

A tous ceux qui nous suivent, cette année 2020 était loin d’être une merveille, n’oubliez pas que vous pouvez nous aider dans ces rénovations. Comme d’habitude nous vous renvoyons vers notre page indiquant les méthodes pour contribuer à l’oeuvre…

Un très grand merci à tous ceux qui parmi vous ont déjà versé soit une cotisation, soit un don à la Fondation.

Bonne année 2021 à tous ! Et à très bientôt pour de nouvelles rénovations !

Châssis de baladeuses à Saint-Jean et un (petit) appel

Publié :   10 décembre 2020

Petite visite à Saint-Jean aux ateliers de la CITEV dans le cadre d’un envoi de pièces… Voici d’abord la A8821 qui est déjà prête à revenir :

8821 s’entraîne au climat belge…
La même 8821 quelques instants plus tard (les journées sont vraiment courtes)

Et la sœur 8861 en cours de remontage :

8861 de face
8861 de profil
Et le détail de la (nouvelle) traverse de tête qui récupère les éléments originaux en cours de montage.

Les baladeuses seront de retour avant la fin de l’année pour retourner en menuiserie où les boiseries sont complètement remises à neuf. Il faudra alors remonter l’ensemble. Ce travail formidable ne serait pas possible sans votre contribution. Ne vous arrêtez pas de lire, vous avez compris que (une fois de plus) nous avons besoin de vous. Ce patrimoine unique est en rénovation et cela coûte. L’année 2020 est une misère du point de vue des rentrées financières pour les raisons bien connues, le musée a été fermé une partie de la saison, la majorité des spéciaux a été annulée, et les journées spéciales limitées. Alors plus que jamais nous comptons sur vous.

Aidez-nous maintenant.

Vous êtes membre ?

Renouvelez votre cotisation. Vous n’êtes pas membre ? C’est le moment de le devenir.

membre ordinaire :

Cotisation annuelle de 30€ depuis la Belgique et 35€ depuis l’étranger

Membre bienfaiteur :

Cotisation annuelle de minimum 50€ pour la Belgique et l’étranger. Il n’y a pas de maximum.

Effectuez un virement bancaire sur le compte suivant :

IBAN : BE 62 0001 3908 4761 BIC : BPOTBEB1

En communication “membre 2021” (avec le numéro si vous êtes déjà membre et en possession de l’information).

Et envoyez nous un e-mail à asvi@asvi.be afin de confirmer votre paiement avec votre nom et votre adresse postale.

Autre moyen de nous aider :

faites un don en suivant les instructions de la page dédié aux dons .

Nous comptons sur vous pour nous aider à remettre en état ce patrimoine vicinal wallon, bruxellois, flamand, belge mais surtout exceptionnel.

Et quelques souvenirs :

Nos baladeuses viennent de là… Han-sur-Lesse, ici la 8812
Deux baladeuses en fin de vie à Grimbergen, à l’arrière du dépôt

Remorques vapeur en peinture et baladeuses en rénovation

Publié :   13 juillet 2020

La saison a (enfin) repris et la machine a pu parcourir la ligne. De ce côté pas de problème, et la distance a été respectée en créant une rame bien longue à l’aide … des véhicules du service électrique. Si le visiteur lambda ne l’a pas vu, notons que c’est ce que l’on essaie d’éviter, en rénovant une rame complète “vapeur” (homogène mais pas trop quand même) comprenant un exemplaire de quasi chaque possibilité de remorque. Et cela permettra aussi à terme aux remorques “électriques” de retourner aux trams électriques (qui en ont aussi besoin). Donc, le chantier des remorques progresse, ci-dessous quelques vues de l’avancement de la pose des filets et matricules sur les deux dernières remorques :

Pose des filets
La A1484 est provisoirement pas jolie avec les masques
Un état déjà beaucoup plus présentable pour la A1484
Et la A11501 a suivi le même traitement

Ces mêmes remorques ont besoin de marchepieds, un élément plutôt pratique. Sur base d’une pièce existante ceux-ci sont en cours de reconstitution :

Un peu de matière première
Et voilà le magnifique travail (riveté à chaud bien sur, comme à l’époque)
Et bien sur pour un marchepied il en faut 2 (des pièces). Donc pour une remorque il faudra 8 pièces. Donc pour nos deux remorques ce sont pas moins de 16 pièces qui ont été reconstituées. Vous pouvez imaginer le prix. Si cela vous tente de sponsoriser ne fut-ce qu’un seizième ou un marchepied complet, ou la totalité, cliquez ici et faites un don (maintenant)

Petit update du 15/07/2020, des photos supplémentaires :

Les filets, c’est un travail de précision….
Comme neuve ….

C’est pas fini, ça bouge à Saint-Jean (CITEV)

Mais oui, quelques filets de peinture et des marchepieds c’est pas assez (et on vous parle même pas des autres travaux “hors rame vapeur” à Thuin. A Saint-Jean le travail continue sur (ce qu’il reste des) les baladeuses (en réalité les châssis). Merci à Jean-Claude qui nous communique régulièrement des vues.

L’un d’entre eux se trouve à l’envers (roues en l’air) sur un wagon plat. L’autre est garé à côté sur le tronçon à voie métrique. Ils ne sont plus en état de première jeunesse. Aux pires endroits, les longerons du châssis sont en dentelle.

Les dessous d’une des baladeuses, sans complexe. Mais la fatigue y est lisible aussi.
La soeur… A l’endroit.
Pas de doute ce sont bien nos véhicules (A8821)
Ce n’est pas la photo qui est à l’envers, c’est le véhicule (A8861)
Provenant tout droit de notre stock stratégique des cylindres pour le système de freinage qui y sera installé
Et pour terminer une “grosse” machine… Pas de jalousie, mais c’est impressionnant. Cette anglaise de 1916 et dont le tender est resté dehors pendant un entretien

Voilà, assez de nouvelles pour le moment. N’oubliez pas que tout cela c’est aussi grâce à vous. Et que le musée est à nouveau ouvert (réservation obligatoire sur web.asvi.be/formulaire-de-reservation et le nombre de visiteurs est limité (mais la limite n’est pas souvent atteinte). La machine sera à nouveau de sortie pour le weekend du 15 août. Et les autres jours profitez aussi des véhicules traditionnels du la SNCV…

Entretien de printemps pour la HL303

Publié :   19 juin 2020

Le début de la saison a été retardé pour cause de COVID, les techniciens CITEV étaient en effet retenus en France. Et vu la reprise imminente des circulations, il fallait faire ces travaux d’entretien annuels (initialement prévus avant la saison). C’est chose faite depuis ce jour, juste à temps pour … la fin du printemps. Cela fait un peu d’activité à l’atelier !

Le tribissels rénové

La HL303 roulera le 5 juillet.

Attention néanmoins, la réservation est obligatoire.

Réservez votre place pour le 5/7/2020 ici

Le nombre de place sera limité .

Le wagon A.8168 en cours de rénovation

Publié :   23 février 2020

Voici donc le dernier chantier commencé (et déjà bien avancé), la rénovation, quasi reconstruction, du wagon A.8168 , le tribissel , dont la mécanique originale est due à un brevet belge, de Paul Algrain (de La Croyère d’ailleurs) .

Ce système est suffisamment rare et intéressant que pour être rénové et montré dans un musée.

Comme pour la rénovation précédente, un maximum de pièces sont réutilisées. Mais les éléments trop corrodés seront remplacés.

La vue ci-dessous vous montre le wagon à l’envers .

Le même wagon du temps de Schepdael, ici en mai 1962 photographié par Bruno Dedoncker, collection ASVi

Les wagons A.8158 et A.8168 à Saint-Jean (suite…)

Publié :   12 décembre 2019

Dans le cadre de la reconstitution d’une rame de l’époque vapeur aussi complète que possible (la seule rame vapeur vicinale roulante du pays), voici une autre réalisation qui s’achève : Le wagon à bogies “Diamond” est terminé ! Il est encore à Saint-Jean aux ateliers CITEV et on le retrouve dehors à un endroit un peu inattendu, c’est-à-dire posé sur un wagon plateau (à voie normale, celui-là) et par-dessus on a déposé l’autre wagon à trois essieux….

Ce dernier sera d’ailleurs bientôt pris en charge pour restauration. Mais ce sera une autre paire de manche : en effet, il y a tout un mécanisme de guidage des essieux, plutôt complexe. Le système permet le déplacement latéral de l’essieu central et (théoriquement) une meilleure inscription en courbe… La suite en photos :

De bas en haut : wagon anonyme à voie normale, notre “Diamond” (A.8158), et au sommet le wagon à trois essieux, prochain sur la liste des rénovations.
De loin c’est mieux… On pourrait facilement ajouter un tombereau au-dessus non ?
On reconnait bien le bogie particulier de ce long wagon. Il reste bien entendu quelques détails à terminer, ainsi qu’un peu de marquage vicinal.
En parlant de tombereau, un voici un qui attend encore de meilleurs moments, mais le traitement préventif est déjà fait.
Le siège tout confort du wagon déjà rénové et derrière, le prochain qui y passera. (Merci à Jean-Claude pour les photos ci-dessus)
Voici donc le détail et l’état actuel du “3 essieux”
Si de loin le squelette a l’air “acceptable”, quand on y regarde de trop près c’est autre chose.
Voici donc la matière pour la suite ! Le A.8168 aura bientôt une nouvelle vie.

Petit rappel habituel, l’ASVi rénove ces wagons et cette rame à ses frais et ne peut le faire que par la générosité de tous ceux qui contribuent. L’argent ne fait pas le bonheur mais il accélère les finitions, permet les transports, permet de réaliser certains travaux qui libèrent les bénévoles d’autres tâches… Bref, un petit don ? Suivez les instructions ici

En 1956 à La Roue, un wagon à bogies similaire (notez les différence du côté des bogies), celui derrière est plus ressemblant à celui de l’ASVi
Bastogne, là où le poids du chargement ne semblait faire peur à personne. Un wagon de bois bien chargé.