Tag Archives: remorques

La saison 2018 s’achève. Merci à tous.

Publié :   4 novembre 2018

La 303 a effectué le 28 octobre ses derniers trajets de sa première (demie) saison. Une année formidable pour l’association avec cette réussite : avoir remis en service la plus ancienne machine à vapeur vicinale.

Mais ce n’est pas fini. Trois wagons sont encore à Saint-Jean et deux remorques en cours de finition plus près de chez nous. D’ailleurs, les dons sont (toujours) bienvenus et (toujours) déductibles pour ajouter des wagons ou des voitures authentiques aux photos ci-dessous (les puristes auront remarqué une remorque un peu anachronique lors des circulations puisque la A1936 a été incorporée dans la rame pour l’un ou l’autre trajet)

Si la machine a déjà connu son petit succès, la saison 2019 sera la première saison complète de la machine à vapeur. Ce site changera de forme cet hiver pour retracer la chronologie de la rénovation et annoncer les circulations. Le reste des informations se trouve toujours sur www.asvi.be

Merci à Philippe Son pour les vues ci-dessous.

Pendant ce temps à Saint-Jean (2 octobre 2018)

Publié :   3 octobre 2018

Oui, il y a encore 3 wagons dans les Cévennes, ce n’est pas un oubli.

  • Le tombereau le plus ancien
  • Le tri-bissels
  • Le wagon plat à bogies (Diamond)

Les devis sont en cours d’élaboration. L’intention est de récupérer tout ce qui est spécifique, les pièces spéciales, les bogies, essieux, attaches, attelages, freins, etc.,… et de refaire le châssis (quasi) à neuf : beaucoup de longerons et traverses métalliques sont trop pourries, et les réparer coûterait plus cher que du neuf (et identique).

Les 2 wagons sont empilés (mais celui du dessous – tri-bissels –  est bien sur la voie métrique – ouf )

Ils sont en bonne compagnie (avec un “petit” locotracteur Gaston Moyse) :

Détails des 2 wagons empilés, ci-dessous l’essieu central très particulier justement avec son mécanisme partiellement visible.

Un des essieux extrêmes et surtout l’état de la poutre au-dessus :

Un bogie Diamond

Dans la rouille du wagon à bogies, les lettres ASVi … Ouf, c’est bien à nous.

      

Le tombereau (qui était déjà là depuis l’année passée) est toujours démonté et sur son wagon plat. Il sera sans doute aussi réparé, mais vu qu’il y a plus de travail, il a été laissé en attente pour donner priorité à la HL303, les 2 bogies pour la voiture A.1853 et le wagon plat déjà revenu à Thuin.

Et le Train à vapeur des Cévennes rentre au dépôt. La saison se termine le 1er novembre. (Train Halloween)

Et il semblerait qu’une machine vapeur voie de 60 (la polonaise) qui roule à PAIRI-DAIZA viendra ce hiver à Saint-Jean-du-Gard pour remise à neuf des roulements et paliers du système moteur. Ceci n’est pas un hasard…

Merci à Jean-Claude pour la correspondance et les reportages

29 juillet 2018, essais à Thuin

Publié :   30 juillet 2018

La 303 dont la mise au point avance bien a effectué quelques trajets entre Thuin et Biesme, ainsi que vers la Ville Basse, et … vers le cimetière. Mais là, ça passe pas. Donc le champ d’action de la machine est pour l’instant limité à Biesme et la Ville Basse. Illustration :

A Thuin prête au départ :

Rencontre presque pas anachronique… Techniquement, elles se sont peut-être croisées un jour il y a environ 100 ans (enfin, certaines pièces originales)

Train homogène pour Biesme :

Admirez l’homogénéité quasi non-vicinale :

Petit souci du détail, les briquettes CMN d’époque… :

Vers la Ville Basse

Objectif atteint :

 

Et retour de l’essai vers Lobbes qui aura à peine dépassé le pont du chemin de fer, les bordures de la courbe empêchent le passage de la machine très basse :

Photos Simon S. :

On ira pas plus loin

La peinture des filets et programmée dans quelques jours…

La 303 à Saint-Jean le 5 juin 2018  Cela commence à ressembler à une locomotive 

Publié :   6 juin 2018

La 303 est à l’entrée de l’atelier, et 4 à 5 personnes s’activent autour.

La toiture est en place : c’est la partie la plus visible. Deux techniciens terminent la peinture (noire) à renfort de coups de pinceau ou de rouleau. Du coup l’aspect général s’en trouve profondément modifié. Les volets latéraux (jupes) sont repeints en peinture de base et s’alignent entre les locos du TVC

L’embiellage a été reposé et la distribution est presque terminée.

 

A l’atelier voisin, la magnifique coiffe en laiton du dôme vapeur va être nettoyée et polie avant repose.

Le chapeau de la cheminée doit être reposé , il attend au sol à côté.

Sur le sol à l’extérieur on retrouve les armatures qui servent à attacher les volets en position fermée. On a enlevé la partie abîmée pour remplacement.

Merci à Jean-Claude.

Et pendant ce temps en Famenne  :

Les deux châssis pour nos remorques sont en cours de finition dans une petite entreprise métallurgique. Et ils sont déjà en route vers un atelier de traitement (du métal) . Il ne restera alors … qu’à les glisser sous les caisses. Ci-dessous un châssis vapeur déjà retapé et prêt à partir. Celui-ci était encore relativement complet et le travail a consisté en un renforcement global, la réparation des trous de rouille, la mise en place d’équerres et le remontage et la vérification de tous les organes (traction, choc et freinage).

L’autre châssis a été créé en “mélangeant” deux châssis existants. En effet, trop incomplet, modifié pour devenir un wagon, il a fallu revoir énormément d’éléments. Ainsi la suspension a été reprise d’un autre châssis, les plaques de garde ont été corrigées, les essieux changés et toute la partie freinage et traction a été refaite toujours sur base de pièces provenant d’un autre châssis qui était aussi en mauvais état (mais plus complet). Enfin les “triangles” latéraux supportant la caisse ont été reconstitués.

Après traitement les châssis seront envoyés à la menuiserie pour assemblage final avec les caisses.

Avez-vous déjà fait un don ? 

24 mai 2018 – Le wagon A7089 et les bogies de la A1853 sont de retour à Thuin

Publié :   24 mai 2018

Tout est dans le titre, la bonne nouvelle du jour : le wagon plat A7089 et les bogies sont de retour à Thuin. Les bogies entièrement remis à neuf sont à replacer sous la A1853, tandis que le wagon devra recevoir une couleur vicinale. Pas trop difficile normalement. Deux véhicules en plus dans la liste “en état”.

Au passage une petite vue de ce qu’on pourra faire avec le retour de la machine : ici une carte postale sur la ligne Marbehan Sainte-Cécile, la ligne passait entre les villages de Izel et Moyen .

Saint-Jean (bis) le 21/09 et Marche le 29 septembre

Publié :   1 octobre 2017

Quelques vues des remorques dont la reconstruction de la caisse s’achève doucement à Marche. La partie structurelle touche à sa fin, les fenêtres sont reconstituées (mais pas encore placées) et la suite du travail portera sur la reconstitution des portes manquantes. Comme pour les banquettes, le plus grand nombre possible d’éléments sera repris sur des pièces originales (en mauvais état ou ne correspondant pas exactement) provenant des stocks de pièces amassés depuis des années. Les photos sont prises à l’occasion d’une petite visite destinée à traiter le bois avant les phases suivantes qui vont rendre certaines parties inaccessibles.

A Marche, la 1484, beaucoup d’éléments originaux ont été conservés :

Intérieur de la A1484, notez les sièges reconstitués à l’identique avec en alternance deux essences de bois différentes :

Vue de la A1484 après application de l’élixir anti-pourrissement …

La remorque mixte (deux classes) A11501 , avec la première classe à l’avant plan :

Détail des banquettes de 2ème classe, avec à gauche une banquette avec une grande partie du bois qui est d’époque, alors que la banquette à droite est quasi entièrement reconstituée, mais les éléments extérieurs sont bien des originaux, d’époque donc…

Vue de la première classe  :

De l’extérieur, ce que l’on ne verra plus lorsque les tôles auront été replacées : le “clapet” qui permet d’accéder depuis l’intérieur de la voiture dans le bas des parois pour retrouver tous les objets perdus, on voit aussi à gauche et à droite un élément en caoutchouc qui doit recevoir la fenêtre lorsqu’elle descend (les éléments originaux étaient en cuir)sans la fracasser, et dans la poutre inférieure on peut distinguer le petit orifice en cuivre destiné à récolter l’eau et l’évacuer…

Quelques vues supplémentaires de la visite de Saint-Jean (merci JC Andrieu pour les informations et les vues) :

La loco HL 303 est à l’extérieur sous le portique : cela permet de positionner la chaudière sur le châssis.

Les cylindres ont été replacés sur le châssis, sans être définitivement fixés.

La boîte à fumée doit être construite (la tôle de devant est sur une palette dehors) de manière précise, en tenant compte de la position exacte du compresseur (à l’avant gauche de la chaudière) .

Dans l’atelier :

Plusieurs palettes sont alignées. Elles portent toutes des pièces pour la HL303, prêtes pour le remontage. On note particulièrement les nouveaux pistons bien brillants à côté des anciens. Les flasques des cylindres. Les éléments de l’échappement, la cheminée bien corrodée à l’intérieur, ce pourquoi, une virole est prête à côté pour la remettre à neuf, et bien d’autres pièces.

Cheminée(s) :

A l’extérieur quelques photos des fixations : chaudière (maintenant peintes en noir) et des cylindres avec de tout nouveaux boulons pas tous remis et pas encore serrés : c’est juste pour voir.

Paul Emile et Pascal discutent des bogies qui doivent être restaurés.

 

un avant-goût de conduite ?

Et photo de famille :

 

15 janvier 2017 : travaux de remise en état de la 1853

Publié :   18 janvier 2017

Cette belle et très ancienne remorque à bogies est en bon état général mais considérée comme dans un état “statique” (déplaçable). Mais vu qu’elle serait idéale au crochet de la 303, des travaux de remise en état technique sont en cours. Au programme, vérification des essieux, des bogies et pivots, du système de freinage, et contrôle de l’ensemble.

Première étape, un petit levage, pour enlever les bogies et séparer les essieux. Chose faite ce dimanche 15 janvier : (photos Loris D.)

1853repose sur bogies provisoires :

Remarquez la simplicité des bogies d’époque :